Mercredi 26 juin 2019

Bio3D Applications valorise les biomasses sous CO2 caloporteur

Biomasse | 2 réactions

par Stéphane Parpinelli | Cleantech Republic | 31.10.08

BIOmasse, Dioxyde de carbone, Déshydratation et densification, Développement durable et applications. Voici résumée en quelques mots clés Bio3D Applications, une jeune entreprise éco-innovante dont il va falloir suivre de près le développement.

Elle a déposé pas moins de 16 brevets dans les domaines du traitement des bois d’oeuvre, de la production d’énergies et de molécules chimiques, et de traitement des déchets organiques.

« Pourquoi ne trouve-t-on pas de débouchés pour valoriser le CO2 ? », s’est interrogé Sébastien Roux, Directeur R&D de la start-up et qui, dans le cadre de son doctorat, a axé ses recherches sur la captation de CO2 (chemical-looping combustion).

Il est catégorique : « L’idée de séquestrer le CO2 ne m’intéresse pas. Ça n’apporte pas de valeur ajoutée, c’est plutôt contraignant, et à long terme, cela crée ce que l’on trouve aujourd’hui avec les hydrates de méthane : des bombes en puissance. »

« Avec les chercheurs de Bio3D, nous partagions la même vision qui consiste à trouver des techniques permettant de créer de la valeur ajoutée avec le CO2, poursuit Sébastien Roux. Nous avons alors mutualisé nos savoirs. »

Bio 3D

Bio 3D

Bio3D Applications n’hésite pas à parler d’innovations de rupture à propos de ses nouveaux procédés innovants. A commencer par le séchage et la stabilisation du bois d’œuvre (bois utilisé pour la construction : structure porteuse, parement extérieure, couverture de toit…) sous CO2 caloporteur.

Un bois à un taux supérieur à 20% d’humidité n’est pas correctement transformable. I faut donc le sécher. « Cela n’est pas une grande spécialité française. Chaque année, 3 millions de m3 de bois partent en Finlande (séchage sous vide) et reviennent en France séchés », explique Sébastien Roux.

Le séchage du bois à l’air libre est long, alors quand on veut accélérer le processus, on procède au séchage artificiel. « Pour usiner du bois, il faut atteindre des taux d’humidité de 8 à 12% en fonction des essences. »

Bio3D atteint ces performances-là en très peu de temps. Aujourd’hui, il faut attendre 1 an avant de couper en planches les billes de chêne vert, puis 1 mois pour les sécher à 8%. Et encore, si 70% de la charge est correcte, 30% est abîmée, le bois est tordu, fissuré, collapsé. Avec Bio3D, ce délai est ramené à 24 heures. « Avec notre procédé, on coupe tout de suite les billes de chêne en planches, et on les sèche sous CO2 dans la foulée », indique Sébastien Roux.

corps_bio3d2_081031

Quand la phase anhydride est atteinte, le procédé de stabilisation sous CO2 caloporteur de Bio3D empêche l’eau de se lier à la matière. Tous les organismes xylophages ne peuvent plus “nider”, et consommer la biomasse. Le bois conserve toutes ses propriétés mécaniques, et surtout est imputrescible. Ce procédé se réalise à des températures comprises entre 160 et 200°C à cœur.

La première unité de production à l’échelle 1 de Bio3D sera opérationnelle avant la fin de l’année. Elle est en train d’être caractérisée par l’UTC de Compiègne, le Critt-bois et l’Inra.

« On va travailler sur du peuplier, une essence qui n’a plus de débouchés en France, hormis les boîtes d’allumette, les cagettes ou les boîtes de camembert. On va ouvrir de nouveaux débouchés – dans la rénovation par exemple - à cette essence, l’un des seuls arbres qui maintient les sols et les zones humides », s’enthousiasme Sébastien Roux.

Aujourd’hui, Bio3D achète le CO2 sur son installation prototype. Le but à terme est d’utiliser le CO2 en sortie de cheminée, chez les sucriers ou les fabricants d’ammoniac, qui produisent 300 000 tonnes de CO2.

Innovation de rupture dans la production d’hydrogène par pyrolyse

Le second axe de Bio3D porte sur la production d’énergies à partir de biomasse.

Le chauffage au bois est l’un des plus polluants. La technique de séchage poussé des biomasses (déshydratation totale) de Bio3D, avec une cinétique plus rapide (4 à10 fois), permet d’obtenir un rendement chaudière de près de 95% (au lieu de 65% actuellement), sans émission d’imbrûlés (COV), réduisant ainsi les coûts de la maintenance de la chaudière et augmentant sa durée de vie.

Les techniques de séchage et de torréfaction de Bio3D permettent d’atteindre un pouvoir calorifique de 5,3 kWh par kilogramme d’agro-ressources contre 2,2 kWh/kg obtenu avec les procédés actuels. Soit plus du double. Ce qui permet d’économiser 35% de matières en amont.

Objectif ultime de la jeune entreprise : produire de l’hydrogène par pyrolyse de la biomasse. Le challenge : fabriquer de l’hydrogène à haut rendement avec des coûts inférieurs au réformage du méthane qui est aujourd’hui la technique la plus compétitive sur le marché.

« Le but de la pyrolyse est d’augmenter la fraction carbone de la matière, donc de se débarrasser de O et de H, professe Sébastien Roux. Cela sert à quoi ? A produire une réaction de gazéification qui entre dans le système de conversion thermochimique des biomasses. Carbone + eau à haute températeur = gaz de synthèse. »

Rappelons qu’à partir de l’hydrogène, on synthétise tout, on peut recréer du pétrole, des biocarburants….

« On pré-conditionne la matière par pyrolyse en 5 minutes. Derrière, ce carbone solide est mis en température, est transformé en gaz de synthèse, donc en COH2, explique le directeur R&D. On transforme ensuite la molécule de CO en hydrogène, avec un mélange hydrogène CO2 facilement séparable. L’hydrogène est tout de suite consommé, ou, si on veut le stocker, on le transforme en méthane ; on ne le stocke surtout pas, comme tout le monde veut faire, sous sa forme primaire (pas avant 2050) », détaille Sébastien Roux.

Une voie qui semble compétitive par rapport à la filière des micro-algues. Pas étonnant alors que Bio3D Applications soit en relation avec l’Ifremer pour étudier les synergies possibles…

La fiche de Bio3D Applications

* Créée en 2001

L’équipe

* Michel Dixmier, président : ancien dirigeant d’Innovatron, la société qui avait assuré la promotion de la carte à puce de Roland Moreno.
* Bertrand Bonnal, Directeur général.
* Raymond Guyomarc’h, Directeur scientifique.
* Sébastien Roux, Directeur R&D.

Les perspectives

* L’unité de production (coût de fabrication autour d’un million d’euros) sera présentée à Pollutec à Lyon début décembre.
* Une joint-venture est en passe d’être créée entre Bio3D et des partenaires canadiens, avec une levée de fonds à la clé.
* Premier marché visé : le marché nord-américain et particulièrement canadien, où 1 maison sur 4 est en bois.

Sur le même thème :

Vos réactions

Jean-François Harel | 14.01.09 à 09.57

Bravo ! Pourvu que nos pouvoirs publics vous connaissent puis ne vous abandonnent pas…
Vous avez mon soutien attentif.
Bien cordialement
JFH

Revue des sciences 11/09 | Jean Zin | 14.07.12 à 17.26

[...] - Valoriser le CO2 [...]

Partagez, réagissez, complétez, polémiquez ! Avec respect...

 

terms de 407 :
  • 7 : category Biomasse
  • 74 : post_tag hydrogène

0,7,74 select object_id,min(post_status), count(term_taxonomy_id) as nbr from wp_term_relationships,wp_posts where wp_posts.ID=object_id and object_id<>407 and post_status='publish' and term_taxonomy_id in (0,7,74) group by object_id order by nbr desc, post_modified desc res : id=45562 nbr=1 terms de 45562 :
  • 4 : category Energie
  • 74 : post_tag hydrogène
  • 235 : post_tag start-up
  • 300 : post_tag pile à combustible
  • 1056 : post_tag Air Liquide

id=43349 nbr=1 terms de 43349 :
  • 10 : category Mobilités
  • 54 : post_tag levée de fonds
  • 74 : post_tag hydrogène
  • 235 : post_tag start-up
  • 300 : post_tag pile à combustible
  • 543 : category Brève
  • 1206 : post_tag Michelin
  • 1322 : post_tag nouvelles mobilités

id=42573 nbr=1 terms de 42573 :
  • 4 : category Energie
  • 74 : post_tag hydrogène
  • 300 : post_tag pile à combustible
  • 657 : post_tag pile à hydrogène
  • 1345 : post_tag Arnaud Montebourg
  • 1413 : post_tag AFHYPAC
  • 1414 : post_tag McPhy

id=42038 nbr=1 terms de 42038 :
  • 7 : category Biomasse
  • 33 : post_tag valorisation des déchets
  • 123 : category Tribune
  • 315 : post_tag bioplastiques
  • 438 : post_tag Déchets
  • 840 : category Chimie

id=41956 nbr=1 terms de 41956 :
  • 7 : category Biomasse
  • 30 : post_tag Biomasse
  • 123 : category Tribune
  • 130 : post_tag biogaz
  • 1395 : post_tag biométhane

id=40837 nbr=1 terms de 40837 :
  • 4 : category Energie
  • 74 : post_tag hydrogène
  • 235 : post_tag start-up
  • 541 : category Home
  • 778 : post_tag Stockage
  • 865 : post_tag stockage de l'énergie
  • 878 : post_tag Energie
  • 1056 : post_tag Air Liquide

id=39907 nbr=1 terms de 39907 :
  • 4 : category Energie
  • 74 : post_tag hydrogène
  • 235 : post_tag start-up
  • 778 : post_tag Stockage
  • 865 : post_tag stockage de l'énergie
  • 1186 : post_tag Caisse des Dépôts

id=39268 nbr=1 terms de 39268 :
  • 4 : category Energie
  • 60 : post_tag énergies renouvelables
  • 74 : post_tag hydrogène
  • 187 : post_tag gaz naturel
  • 865 : post_tag stockage de l'énergie
  • 945 : post_tag Investissements d'avenir
  • 954 : post_tag GDF Suez

id=38871 nbr=1 terms de 38871 :
  • 7 : category Biomasse
  • 30 : post_tag Biomasse
  • 497 : post_tag bois
  • 543 : category Brève
  • 607 : post_tag edf
  • 636 : post_tag Bois énergie
  • 688 : post_tag Ademe
  • 751 : post_tag Veolia
  • 912 : post_tag Dalkia
  • 996 : post_tag Ile-de-France

id=38502 nbr=1 terms de 38502 :
  • 10 : category Mobilités
  • 49 : post_tag voiture électrique
  • 74 : post_tag hydrogène
  • 300 : post_tag pile à combustible
  • 542 : category Eco des blogs
  • 1032 : post_tag Nissan
  • 1099 : post_tag mobilité électrique

Les partenaires cleantech sur GreenVivo.com

En direct de notre chaîne Smart City

11.10.16 | ABB mise sur l’électrique pour améliorer l’efficacité énergétique des bateaux

Toutes les vidéos

Agenda Cleantech

Pollutec 2016
Du 29 novembre au 2 décembre 2016 - Lyon