Vendredi 20 septembre 2019

3,5 milliards d’années d’innovation au service des cleantech

Déchets | 1 réaction

par Emmanuel Riquelme | 08.06.09

corps_emmanuelriquelme_090327

Emmanuel Riquelme, fondateur de Ewam.

Emmanuel Riquelme est le fondateur de Ewam.

Sa société intervient sur les secteurs de la chimie, la pharmacie, la métallurgie, l’agroalimentaire. Elle accompagne les industriels dans leurs programmes d’excellence opérationnelle en apportant son expertise notamment dans la conduite de projets de réduction de coût par l’optimisation de la gestion des déchets et effluents industriels (valorisation, réduction à la source, technologies de traitement…).

———————————————————————————————————————————————–

Le Graal de tout acteur du recyclage et de la valorisation est de faire de l’écosystème humain, un cycle fermé répondant à la fois aux contraintes liées à la production croissante de déchets et à un épuisement progressif des ressources naturelles.

Dans cette approche, les organismes vivants pourraient constituer la clé de voûte des processus d’une gestion globale et efficiente de nos résidus. Les biotechnologies appliquées au traitement des déchets et effluents s’appuient sur la capacité des organismes vivants, tels que les végétaux ou les bactéries, à dépolluer des eaux usées, des sols contaminés en mobilisant des mécanismes complexes et naturels de réduction, de dégradation ou de stockage des éléments contaminants. Ces trois voies constituent autant d’axes de recherche et développement, et bien évidemment d’opportunités pour le secteur des cleantech.

Ces propriétés sont connues depuis l’antiquité, mais elles reviennent en force. On prend conscience que 3,5 milliards d’années d’évolution (apparition des premières bactéries) associée aux dernières innovations technologiques pourraient constituer LA solution. Au-delà de l’utilisation d’une propriété particulière d’un organisme vivant, c’est l’assemblage de plusieurs propriétés sur lequel il semble opportun de plancher afin de concevoir une filière de traitement sur mesure pour un effluent, un déchet ou une pollution.

Les propriétés des bactéries et des végétaux au service de la dépollution

La créativité de la nature en termes de diversité des micro-organismes et de leurs propriétés rend cette approche extrêmement prometteuse. Les nombreux exemples, et quelques start-ups, permettent d’en mesurer tout le potentiel. Parmi les plus connues, les bactéries impliquées dans les mécanismes de méthanisation. Elles permettent de répondre simultanément : au traitement et au recyclage des déchets ; à la production d’énergie renouvelable de manière « simple » ; à la production de matière fertilisante pour l’agriculture.

A une échelle du vivant plus grande, la dépollution par les plantes peut se prévaloir de nombreux exemples d’efficacité. Les végétaux peuvent être utilisés dans le traitement des effluents urbains, mais aussi industriels sous réserves de leurs caractéristiques physico-chimiques. Quelques entreprises en France ont su porter cette technologie à une échelle industrielle (Hidrik, Phytorestore, SINT…).

Valorisation et recyclage des déchets, traitement des effluents et des eaux usées, les bactéries et végétaux trouvent également des applications dans la dépollution des sols. Le CEA a étudié la capacité des plants de moutarde et de tabac à extraire, avec des rendements supérieurs aux autres espèces de végétaux, le zinc, le plomb, le cadmium. Le bureau d’étude Arcadis a développé une technologie innovante basée sur la propriété de certaines bactéries à modifier, dans certaines conditions, le pH et donc les conditions oxydo-réductrices d’un milieu pollué, afin de réduire des métaux toxiques, comme le Chrome hexavalent (Cr VI), en métal moins toxique et moins mobile limitant la pollution des nappes phréatiques.

Des technologies en compétition avec les procédés physico-chimiques traditionnels

Ces technologies sont en compétition avec les procédés traditionnels physico-chimiques ou thermiques. On mesure bien leur potentiel et leur intérêt, mais comment garantir qu’elles pourront s’imposer. Bien qu’économiques, elles présentent un certain nombre d’inconvénients : superficie importante pour la phyto-épuration, durée pour la dépollution des sols. Même si on découvre régulièrement une bactérie capable de traiter ou capter tel ou tel polluant, de se développer dans des conditions extrêmes (température, pressions, salinité, absence d’oxygène…), il paraît donc incontournable d’accroître leur performance.

Pour éviter de rentrer dans le débat des organismes génétiquement modifiés, on préfèrera citer la société Eco-solution qui a développé une plate-forme technologique basée sur l’évolution dirigée. Elle consiste à sélectionner des variants naturels de souches bactériennes présentant des propriétés améliorées. Production d’énergie à partir de micro-algues, traitement des effluents urbains, les applications sont (presque) sans limite.

Les 3,5 milliards d’années d’évolution sur Terre ont produit une diversité de micro-organismes et de végétaux avec leurs propriétés spécifiques, un niveau d’innovation nous permettant de sélectionner et de développer les organismes les plus efficaces. C’est maintenant aux cleantech de trouver les applications et de proposer des solutions compétitives en combinant les technologies nouvelles et traditionnelles.

Sur le même thème : , , ,

Vos réactions

Plasson | 1.08.09 à 18.23

Je m’inscris parfaitement dans votre vision de l’avenir qui verra le monde du vivant prendre le pas dans le monde du traitement des déchets. Bon nombre de personne des biotechnologies se réoriente avec notre biologie en poche vers le monde des cleantechs. Je développe actuellement un projet de remplacement de produits chimique de traitement de l’eau des tours réfrigérantes par de la biologie. Nous ne pourrons plus continuellement supporter de déverser des millions de tonnes de produits chimiques dans notre environnement avec l’impact que l’on connait sur l’homme. La nature a beaucoup plus d’imagination et des siècles de tests éco toxicologiques pour minimiser l’impact sur l’écosystème.
L’étude WWF a clairement démontré que ces produits chimiques passent dans notre sang avec les conséquences connues ou non. Il y a plus de 73 produits chimiques dangereux dans le sang des membres (grands-mères, mères et enfants) des 13 familles qui se sont soumises à une analyse de sang.
Alors oui, toute initiative pour éliminer l’usage de produit chimique doit être promû…

fabrice PLASSON

Partagez, réagissez, complétez, polémiquez ! Avec respect...

 

terms de 5861 :
  • 11 : category Déchets
  • 123 : category Tribune
  • 159 : post_tag recyclage
  • 172 : post_tag eaux usées
  • 534 : post_tag phyto-restauration
  • 535 : post_tag dépollution

0,11,123,159,172,534,535 select object_id,min(post_status), count(term_taxonomy_id) as nbr from wp_term_relationships,wp_posts where wp_posts.ID=object_id and object_id<>5861 and post_status='publish' and term_taxonomy_id in (0,11,123,159,172,534,535) group by object_id order by nbr desc, post_modified desc res : id=42407 nbr=3 terms de 42407 :
  • 11 : category Déchets
  • 123 : category Tribune
  • 159 : post_tag recyclage
  • 438 : post_tag Déchets
  • 830 : post_tag recyclage de déchets
  • 881 : post_tag Suisse
  • 1410 : post_tag Genève

id=41616 nbr=2 terms de 41616 :
  • 11 : category Déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 235 : post_tag start-up
  • 539 : category Vidéo
  • 830 : post_tag recyclage de déchets
  • 1374 : post_tag WebTV Tour Alsace

id=42723 nbr=2 terms de 42723 :
  • 11 : category Déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 249 : post_tag déchets industriels
  • 539 : category Vidéo
  • 613 : post_tag DEEE
  • 830 : post_tag recyclage de déchets
  • 1239 : post_tag déchet
  • 1388 : post_tag Prix Cleantech Republic 2013

id=44640 nbr=2 terms de 44640 :
  • 11 : category Déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 363 : post_tag plastique recyclé
  • 438 : post_tag Déchets
  • 556 : post_tag bioplastique

id=14457 nbr=2 terms de 14457 :
  • 11 : category Déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 613 : post_tag DEEE
  • 830 : post_tag recyclage de déchets

id=44439 nbr=2 terms de 44439 :
  • 11 : category Déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 688 : post_tag Ademe
  • 830 : post_tag recyclage de déchets
  • 1512 : post_tag tri

id=43177 nbr=2 terms de 43177 :
  • 11 : category Déchets
  • 33 : post_tag valorisation des déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 613 : post_tag DEEE
  • 830 : post_tag recyclage de déchets
  • 1446 : post_tag métaux
  • 1447 : post_tag terres rare
  • 1448 : post_tag déchets électroniques

id=39244 nbr=2 terms de 39244 :
  • 11 : category Déchets
  • 33 : post_tag valorisation des déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 438 : post_tag Déchets
  • 602 : post_tag Chine
  • 751 : post_tag Veolia
  • 830 : post_tag recyclage de déchets
  • 874 : post_tag ubifrance
  • 954 : post_tag GDF Suez
  • 1005 : post_tag Sita
  • 1298 : post_tag UbiFrance Chine

id=38705 nbr=2 terms de 38705 :
  • 11 : category Déchets
  • 159 : post_tag recyclage
  • 431 : post_tag emballage
  • 438 : post_tag Déchets
  • 543 : category Brève
  • 830 : post_tag recyclage de déchets
  • 1029 : post_tag matériau
  • 1084 : post_tag tri des déchets
  • 1140 : post_tag eco-emballages

id=38006 nbr=2 terms de 38006 :
  • 12 : category Eau
  • 79 : post_tag innovation
  • 159 : post_tag recyclage
  • 172 : post_tag eaux usées
  • 235 : post_tag start-up
  • 324 : post_tag Eau
  • 735 : post_tag gestion de l'eau

Les partenaires cleantech sur GreenVivo.com

En direct de notre chaîne Smart City

11.10.16 | ABB mise sur l’électrique pour améliorer l’efficacité énergétique des bateaux

Toutes les vidéos

Agenda Cleantech

Pollutec 2016
Du 29 novembre au 2 décembre 2016 - Lyon