Mardi 20 août 2019

Guide du petit éolien

Télécharger le guide en PDF sur GreenVivo

5- Annexes

a. Glossaire

  • Anémomètre : Appareil de mesure de la vitesse du vent.
  • Eolienne à axe horizontal : Eolienne dont l’axe du rotor est horizontal. Le plan de l’hélice étant donc vertical. C’est la forme retenue pour le grand éolien et la plus fréquente dans le petit éolien.
  • Eolienne à axe vertical : Eolienne dont l’axe du rotor est vertical. Le plan de l’hélice étant donc horizontal. Ce type d’éolienne concentre actuellement une grande part des efforts de recherche.
  • Eolienne de type Darrieus : Eolienne verticale conçue en 1931 par l’ingénieur français Georges Darrieus (24 Septembre 1888 - 15 Juillet 1979). Elle fut construite jusqu’en 1997 par FloWind.
  • Eolienne de type Savonius : Eolienne verticale constituée de deux ou plusieurs godets (demi-sphère ou demi-cylindre).
  • Générateur (aérogénérateur) : Alternateur ou dynamo dont le rôle est de transformer la rotation de l’axe du rotor en électricité.
  • Onduleur / Redresseur : Système de régulation du courant irrégulier produit par une éolienne afin de permettre son utilisation domestique ou son injection sur le réseau.
  • Petit éolien : Installation d’éoliennes produisant de l’électricité dont la puissance nominale est comprise entre 1 et 30 kilowatts. En dessous de 1 kW, on parle de micro-éolien.
  • Puissance nominale d’une petite éolienne : Puissance pour laquelle son rendement est le plus élevé (énergie reçue / énergie récupérée). La puissance nominale d’une éolienne est donc donnée pour une plage de vitesse de vent.
  • Raccordement au réseau électrique : L’éolienne étant dépendante du vent, un raccordement au réseau électrique est nécessaire. Il permet également de vendre tout ou partie de la production électrique de l’éolienne. Pour le petit éolien et jusqu’à 36 kW, le raccordement est effectué sur le réseau basse tension géré par ERDF (Electricité Réseau Distribution France).
  • Variation de puissance d’une petite éolienne : La puissance d’une éolienne dépend de la vitesse du vent et varie avec son cube. Par exemple, une éolienne produisant 2 kW à 4 m/s, produira 8 kW à 8 m/s.
  • ZDE (Zones de Développement de l’Eolien) : Sites de taille variable sur lesquels toute éolienne installée bénéficie d’une subvention d’exploitation sous forme d’un tarif d’achat préférentiel de sa production par EDF.

b. Témoignage

Jean-Yves Naud a fait installer à l’été 2008 une éolienne de 20 kW à son domicile de Cogles en Bretagne. Une année d’exploitation plus tard, il nous livre son bilan.

Cleantech Republic : Quelle était votre démarche ?

Jean-Yves Naud : Je suis passionné par les énergies renouvelables et ma maison en utilise un maximum. (ndlr : M. Naud possède aussi des panneaux photovoltaïques, des panneaux solaires thermiques, une centrale de cogénération au bois, et une PAC géothermique !) Je souhaitais à l’origine installer une éolienne de 36 kW, c’est à dire le maximum possible pour un particulier. Malheureusement, il est impossible de trouver sur le marché des machines supérieures à 20 kW.

Combien de temps s’est écoulé entre l’idée et le premier tour de rotor ?

Il faut savoir être patient. J’ai commencé mes démarches il y a quatre ans. J’ai tout d’abord réalisé moi-même une pré-étude de vent à 10 mètres pendant un an. Tout en commençant les démarches administratives et en prenant la température auprès de mes voisins. Les résultats étant bons, Krug a réalisé une étude de vent à 20 et 30 mètres pendant 9 mois. Cela peut paraître long, mais c’est le temps qu’il faut pour assurer son projet.

Comment avez-vous choisi votre éolienne ?

Je souhaitais un modèle fiable et rustique, presque obsolète. Et avec le moins d’électronique possible. D’après moi, une éolienne est loin d’être un produit « plug and play », on est plus proche d’un prototype, même pour des engins fabriqués en série. Au final, mon choix s’est porté sur une WestWind de 20 kW, équipée d’un pitch (ndlr : pas variable des pales) et d’un furling (ndlr : effacement du rotor en cas de vent fort) muni d’un câble, ce qui me permet de l’actionner volontairement si nécessaire.

Comment s’est déroulée l’installation ?

Extrêmement bien. C’est là qu’on voit le professionnalisme de son installateur. Dresser un mât de 30 mètres demande en effet du doigté…et du sang froid. Les voisins ont pu voir à cette occasion que mon éolienne allait vraiment exister. Il faut dire que 18 toupies de béton ne passent pas inaperçues. Enfin, je tiens à souligner la qualité d’écoute et l’aide bienveillante apportées par ErDF.

Quelle est la rentabilité de l’opération ?

Sachant que je n’ai bénéficié d’aucune aide, ni subvention, ni crédit d’impôt, et que je revends la totalité de ma production, le retour sur investissement des 100 000 € déboursés est théoriquement de 18 ans. Je dis théoriquement car l’année a commencé par une panne : la puissance a plafonné à 50% pendant plusieurs mois avant que la casse d’une pièce n’immobilise mon éolienne pendant trois mois. Bilan, j’ai produit à ce jour 11 MWh sur les 39 prévus. Heureusement, tout est rentré dans l’ordre et la machine produit plutôt plus que prévu.

Quels conseils pouvez-vous donner aux candidats à l’aventure éolienne ?

Tout d’abord de rencontrer des gens qui ont déjà fait la démarche. Je reçois pour ma part entre 5 et 10 personnes chaque week-end. Ensuite de faire une véritable étude de vent. Et pour finir de ne pas rêver : rentabiliser son installation est beaucoup plus facile à 30 mètres qu’à 12 ! J’oubliais… mieux vaux être bricoleur pour pouvoir se débrouiller seul en cas de problème.

Liens utiles

Le site de M. Naud

SEPEN : Centre d’étude de petites éoliennes

Remerciements

Nous adressons tous nos remerciements à Olivier Krug, créateur de Krug Sarl, pour son aide précieuse dans la rédaction de ce guide.

Télécharger le guide en PDF sur GreenVivo

Pages: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Cleantech Republic sur Twitter

 

Les fournisseurs cleantech sur GreenVivo.com

Et aussi notre chaîne Smart City sur Twitter